Biographie Autour
de 1937
Photographie
de Consuelo
Découvrez la vie de Consuelo, de son enfance
à la vie après Antoine

1901-1925

Enfance et envol

Consuelo de Saint Exupéry est née le 10 avril 1901 en Amérique Centrale, à Armenia, une petite ville d’El Salvador se trouvant à la frontière du Guatemala. Sa mère est native du Guatemala et la famille de Consuelo possède une exploitation de café ainsi qu’une entreprise de briqueterie que son père, Militaire de réserve, dirige.

Après avoir terminé ses études primaires et secondaires Consuelo obtient une bourse et quitte El Salvador pour se rendre au Etats Unis et entreprendre des études supérieures notamment à l’Académie des Beaux-Arts de San Francisco.   

Au début des années vingt Consuelo se rend à Mexico et rencontre le peintre Diego Rivera qui veut perpétuer les traditions de la couleur et des formes des muralistes indigènes. Le peintre va alors créer un mouvement spécifique à l’Ecole préparatoire de Mexico, au collège San ILDEFONSO. Consuelo va y suivre des cours et ne se séparera jamais de ce mode d’expression lié directement à la couleur. 

1901-1925

Entrée dans le monde artiste et intellectuel

A la fin des années vingt Consuelo change de continent et s’installe à Paris. C’est là que le peintre KEES Van DONGEN lui présente le Sud -Américain le plus parisien d’Amérique Centrale, Enrique Gomez Carrillo. Natif comme sa mère du Guatemala, Enrique Gomez Carrillo épouse Consuelo en 1927. Ecrivain, correspondant de presse, Consul de la république d’Argentine en France, Chevalier de la Légion d’Honneur, Enrique Gomez Carrillo est l’ami de tout le milieu artistique, politique et culturel de cette époque et lire son carnet d’adresse c’est comme parcourir le Bottin Mondain des Années Folles. 

A cette époque, elle va aussi rencontrer le Sculpteur Aristide Maillol dont la notoriété est immense. Consuelo aime aussi sculpter et Maillol va lui révéler les bases incontournables et les secrets de cet Art Majeur, tout comme Diego Rivera lui avait donné les clefs de « la Couleur » en peinture. Consuelo aime sculpter et plusieurs de ses œuvres ont été vendues aux USA. Elle a sculpté, entre autres, des bustes, des statues et des médaillons représentant son mari dont un est exposé dans un jardin du septième arrondissement de Paris. Beaucoup plus tard elle va aussi se lier d’amitié avec le sculpteur Boris LOVET LORSKI avec qui elle partage cette passion de la sculpture.

1901-1925

Vers l’aventure et
un destin incertain 

Après le décès de son mari Enrique Gomez Carrillo, Consuelo part, fin 1929, à Buenos Aires sur l’invitation du Président de la république HIPOLITO IRIGOYEN qui est un ami de son défunt Mari. Lors de la traversée en direction de l’Argentine, elle fait la connaissance de l’écrivain Benjamin Crémieux qui l’invite à une soirée de l’Alliance Française à Buenos Aires. C’est au cours de cette soirée que Consuelo va rencontrer le Chef d’Escale de la Compagnie « AEROPOSTA ARGENTINA » Antoine de Saint Exupéry.

Antoine de Saint Exupéry est tout de suite charmé par cette jolie étrangère qui lui parle dans un français exotique et il y a en elle une telle promesse d’aventure et de poésie que sur le champ Il va l’inviter à faire un vol avec lui au-dessus de Buenos Aires. Pendant cette promenade aérienne et mouvementée Antoine va demander à Consuelo de l’embrasser, ce qu’elle refuse, puis de l’épouser, ce qu’elle refuse aussi.

Le couple se marie le 22 avril 1931 à la Mairie de Nice, puis religieusement à Agay le 23 avril 1931.

Malgré la vie tumultueuse qu’elle est obligée de mener avec son mari aviateur Consuelo noue des relations durables et amicales avec le groupe des peintres surréalistes, Marcel Duchamp, Oscar Dominguez, André Breton, André Derain, Max Ernst. Consuelo continue toujours à peindre et encouragé par Maillol s’inscrit à l’Académie Ranson. Consuelo fait partie de Ecole de Paris. 

Au milieu des années trente Consuelo devient journaliste à Radio Paris où elle interview des personnes célèbres. Elle côtoie aussi Man Ray qui lui propose de faire une série de Photos sur la Mode. 

1901-1925

D’Oppède à New York

Au début de la dernière guerre mondiale elle rejoint à Marseille la Villa Air Bel. Elle y retrouve ses amis artistes fuyant le régime pétainisme. Grâce au journaliste américain, VARIAN FRY, ces derniers, réfugiés juifs ou antinazis sont sauvés et partent aux Etats Unis. Consuelo rejoint ensuite un groupe d’étudiant des beaux-Arts à Oppède. Ce groupe, dirigé par l’architecte, grand prix de Rome, Bernard Zehrfuss, organise un réseau de résistance tout en continuant à faire des projets d’architecture.

En 1941 Antoine de Saint Exupéry demande à sa femme de venir à ses côtés à New York. Consuelo va réussir à prendre le dernier bateau partant de Lisbonne et va rejoindre, in extremis, son mari aux Etats Unis.  

A New York Consuelo retrouve tous ses amis artistes qui étaient à la Villa Air Bel. Son mari en revanche traverse une période difficile. Il décide finalement de s’engager.

 De son côté Consuelo continue à fréquenter des artistes français, américains et étrangers

En 1943 Consuelo trouve une maison à Long Island et s’y installe avec son mari. Pendant que son mari se consacre à la création du Petit Prince, Consuelo est très active et peint régulièrement. Elle dessine aussi à cette époque des Petits Princes au féminin.

1901-1925

Une autre vie après
la disparition 

En 1944 son mari Antoine de Saint Exupéry est porté disparu. Il vient juste de publier « Le Petit Prince » dans lequel sa femme, Consuelo, est au cœur du conte sous la forme de la Rose et de la fleur. Consuelo reste à New York et traverse alors une époque moralement difficile ? Elle doit urgemment trouver du travail. Salvador Dali, qui est aussi à New York, lui propose alors de travailler dans le magasin Bloomingdale’s pour créer des vitrines. Consuelo va rester très liée avec Dali jusqu’à la fin de sa vie et passera souvent des vacances à CADAQUES chez le peintre et son épouse Galla. C’est pour Consuelo un temps consacré à la peinture et à l’amitié.

En 1946 Consuelo quitte les Etats Unis et rentre en France. Elle vit à Paris dans le septième arrondissement. Elle fait aussi l’acquisition d’un vieux Mas dans le Midi de la France où elle passe ses étés. Elle fréquente alors l’artiste Pablo Picasso qui comme Diego Rivera lui conseille de ne pas quitter son mode d’expression liée à la couleur.

Au cours de cette deuxième et dernière partie de sa vie Consuelo va se consacrer de façon intense à son Art. Elle devient proche des artistes en relation avec la Fondation MAEGHT à Saint Paul de Vence et assiste au diner d’inauguration de la Fondation. Elle devient proche du peintre espagnol Miro et du sculpteur suisse Giacometti qu’elle rencontre fréquemment au restaurant de la Coupole à Paris. 

Consuelo passe aussi beaucoup de temps à perpétuer la mémoire de son Mari en France et dans le monde entier. Elle est par exemple l’invitée d’honneur de l’exposition universelle de Montréal « Terre des Hommes » en 1967. En tant que veuve du grand écrivain mort pour la France elle assiste aux commémorations, aux inaugurations et aux célébrations et le fera jusqu’à la fin de sa vie.

Consuelo de Saint Exupéry est bien sûr l’épouse de l’écrivain aviateur mais c’est aussi une artiste, une femme libre et engagée qui dans les moments les plus difficiles de sa vie n’a jamais baissé les bras et n’a jamais oublié ni ce qu’elle était, ni ce qu’elle voulait. Un siècle avant notre Monde d’aujourd’hui, Consuelo a pratiqué de façon innovante une liberté qui pour une femme de cette époque était difficile à comprendre et à admettre Du Salvador à Paris en passant par Buenos Aires, Mexico, New York, Montréal et bien d’autres pays cette citoyenne du Monde entier a vécu la vie intense d’une femme moderne et d’une artiste déterminée.   

Consuelo de Saint-Exupéry